Par un arrêt du 15 juin 2016, la Cour de cassation a rappelé que l’exploitation d’un logiciel par un de ses coauteurs sans le consentement de l’autre porte nécessairement atteinte aux droits de celui-ci et constitue une contrefaçon.



Exploitation d'un logiciel sans le consentement du coauteur= Contrefaçon
Tag(s) : #oeuvre de collaboration

Partager cet article

Repost 0